Août 122013
 

 

Fraxinus excelsior

Fraxinus excelsior

 

 

Les arbres

 

Morchella elata

Morchella elata

 

 

et les champignons

 

Les arbres et les champignons entretiennent entre eux des rapports complexes et secrets.

Pour étudier ces rapports, pour comprendre par exemple comment le chêne abrite la truffe, et pourquoi les lactaires sanguins et délicieux poussent uniquement sous les pins, nous allons devoir plonger sous la terre.
Dans le sol, le champignon entre en contact avec les radicelles de l’arbre, pour constituer un nouvel organisme, qui n’est plus ni une plante, ni un champignon.
Au sein de ces mycorhizes, les cellules végétales sont isolées entourées par un véritable réseau de filaments d’origines mycéliennes et les échanges vont pouvoir commencer.

L’arbre, nous l’avons vu, va fournir les éléments énergiques dont le champignon à besoin. Celui-ci, en échange, va apporter à l’arbre les minéraux qu’il a la capacité de capter plus facilement, et notamment du phosphore accélérant ainsi la croissance de l’arbre, d’autant plus nettement que le sol est relativement pauvre.
Les arbres concernés constituent la quasi-totalité du peuplement de nos forêts :

  • conifères : pins, sapins, épicéas, mélèzes, cèdres…
  • feuillus : peupliers, bouleaux, hêtres, chênes, châtaigniers

La spécificité des relations champignon-arbre est parfois très étroite : le mélèze accueil quatre bolets, et quatre seulement, qui sont eux incapables de pousser sur un autre arbre. Le chêne accueille une multitude d’espèces, dont certaines lui sont tristement liés (comme l’hygrophore russule), d’autre comme la truffe, pouvant choisir aussi bien les noisetiers, les charmes ou les tilleuls.
Parfois, le champignon peut s’accommoder d’un genre entier d’arbre, certains bolets poussant sous les arbres du genres pinus, ou groupe tout entier résineux (exemple : tricholome équestre).
A l’extrême, certains champignons se marient avec les arbres les plus divers, le cèpe que l’on rencontre aussi bien sous les épicéas que sous les châtaigniers. C’est ainsi que le lactaire délicieux pousse sous les pins, et pas sous les chêne, ni ailleurs sous les épicéas (où il est remplacé par le lactaire deterrimus), ou les sapins (où l’on trouve le lactarius salmonicolor).

Par conséquent, les arbres ont donc besoin pour se développer, surtout si le sol est pauvre, d’un certain nombre d’espèces de champignons. La plupart du temps, l’arbre va trouver dans le sol où l’on plante, un ou plusieurs de ces champignons avec lesquels il peut se « marier ».

Extrait d’un texte de Didier BORGARINO.

 

Le tableau suivant montre les associations arbres et champignons.

 

Milieux

Familles

Arbres feuillus

Champignons

Jusqu’à 1800 m Fagacées  Hêtre commun (Fagus sylvatica) Russula fageticola, fellea – Lactarius blennius, pallidus – Cortinarius praestrans
Jusqu’à 1000 m Fagacées  Chêne pédonculé (Quercus robur). Boletus aerus, satanas ;  Hygrophorus russula ; lactarius chrysorrheus, quietus, Tuber melanosporum brumale.
Jusqu’à 800 mEspèce méditerranéenne thermophile Fagacées  Chêne vert (Quercus ilex) et chêne liège (Quercus suber) Leccinum lepidum- Russula illicis – Lactarius acerrimus, atlanticus.
Etage collinéen : de 0 à 800 m Fagacées  Châtaignier (Castanea sativa) Boletus dupainii – Fistulina hepatica
Jusqu’à 1000 mMilieux humides Bétulacées Aulne glutineux (Alnus glutinosa). Gyrodon lividus-, paxillus rubicundulus- Lactarius obscuratus- Alnicola scolecina
Jusqu’à 2000 m Bétulacées Bouleau blanc ou verruqueux (Betula pendula). Cortinarius  triumphans – Leccinum scabrum- Russula exalbicans
Jusqu’à 1000 m Corylacées Charme commun (Carpinus betulus) Hygrophorus lindtneri – Leccinium carpini – Lactarius fuliginosus, circellatus
Etage subalpin : de 1500 à 2200 m Bétulacées Aulne vert (Alnus alnobetula ex viridis Cortinarius atropusilus, bibulus, helvelloïdes-Lactarius alpinus , Brunneohepaticus Lepidotus – Cystoderma arctium -Obscuratus var subalpinus – Lentinellus tridentinus – Russula alnetorum
Jusqu’à 1500 mOptimum 400 à 800 m Oléacées

Frêne commun (Fraxinus excelsior) Morchella deliciosa, vulgaris, rotonda
Cultivé jusque 500 m Oléacées Olivier d’europe (Olea europea)
Jusqu’à 1500 m Rosacées Aubépine épineuse (Crateagus oxyacantha ou laevigata) Entoloma clypeatum
de 500 m à 2000 m Caprifoliacées Sureau à grappes ou sureau rouge (Sambucus racemosa) Auricularia auricula judae

Milieux

Familles

Arbres feuillus

Champignons

En plaine et jusqu’à 1000m à 1800m Corylacées Coudrier  (Corylus avellana) noisetier Lactarius pyrogallus
Jusqu’à 800 mMilieux humdes Salicacées Peuplier blanc (Salix alba) Agrocybe aegerita- Leccinum aurantiacum- Boletus duriusculus
Etage alpin : de 2200 à 2900 m Salicacées Saule nain (Salix retusa, reticulata, repens Lactarius nanus – Cortinarius albonigrellus, chrosomallus – Inocybe solicis, herbaceae.
Jusqu’à 1300 mEspèce méditerranéenne thermophile Cistacées

Ciste (Cistus monspeliensis) Lactarius tequorum, cistophilus
Jusqu’à 1200 m Ulmacées Orme Entoloma aprile

Milieux

Familles

Arbres conifères

Champignons

Etage subalpin : de 1500 à 2400 m et en plaine Pinacées Mélèze d’europe (Larix decidua) Suillus grevillei, viscidus – Hygrophorus lucorum – Lactarius perninsis
CultivéJusqu’à 700 m en France Pinacées Cèdre du Liban (Cedrus libani) Ggeopora su cedretorum. mneriana – Boletopsis grisea – Cortinarius herculeum – Tricholoma
Etage sub-alpin, entre 1500 et 2300 m d’ altitude Pinacées Pin Weymouth (Pinus strobus Suillus placidus

:Étage sub-alpin, entre 1400 et 2500 m d’altitude

Pinacées Pin Cembro (Pinus cembra) Suillus sibiricus, plorans

Étage sub-alpin entre 600 et 1600 m d’altitude

Pinacées Pin Sylvestre (Pinus sylvestris) Lactarius quieticolor, sanguifluus, vinosus,  Suillus luteus, Suillus luteus, bovinus, granulatus, Tricholoma terreum – Cantharellus lutescens – Russula sardonia
Etage montagnard : de 800 à 1500 m Pinacées Sapin pectiné (Abies alba) Lactarius salmonicolor, intermedius – Tricholoma bufonium
Etage subalpin : de 1500 à 2200 m Pinacées Epicéa commun (Picéa abies) Lactarius deterrinus, aurantiofulvus – Gonphidius glutinosus – Russula

Pierre  SANCHEZ

Désolé, les commentaires sont désactivés pour l'instant.